La Flèche Brisée
La Flèche Brisée

Pour ceux qui aiment se plonger dans la vieille Amérique des premiers colons jusqu'à la fin du XIXe S. Son histoire, les armes, la paix.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le printemps des Voyageurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Le printemps des Voyageurs le Lun 26 Avr - 0:07

Le printemps des Voyageurs
Production :
Les Productions Rivard
Réalisation :
Jean Bourbonnais
Durée :
2 X 60 min.

À travers l'aventure des voyageurs et la traite des fourrures, Le printemps des voyageurs traite de l'alliance des cultures amérindienne et européenne sur laquelle notre pays a été fondé.

Les historiens qui ont participé aux productions sont originaires du Québec, du Manitoba, de la Colombie-Britannique, de l'Alberta, de l'Ontario, du Wisconsin et de l'Oregon. Hommes, femmes, francophones, anglophones, Blackfoot, Américains, Métis. le multiculturalisme de l'équipe reflète celui des voyageurs et de leurs descendants qui sont au centre de l'histoire.

Les voyageurs et leurs familles métisses font partie de l'immense cohorte des petites gens auxquels l'histoire officielle ne s'intéresse que très peu. Nos deux émissions sont entièrement consacrées à ces peuples méconnus. Chaque production a pour narrateur un personnage fictif dont nous suivons l'aventure.

Premier épisode
Le narrateur de la première émission, qui s'intitule « L'autre bout du monde », s'appelle François Comtois. Il habite La Prairie, est âgé de 19 ans et vient tout juste de signer son premier contrat de voyageur avec la Compagnie du Nord-Ouest. Ayant quitté Lachine au printemps 1806 pour entreprendre un voyage ne devant durer qu'un été, François se rendra jusqu'à la côte Ouest. et ne reverra jamais son village natal.

L'exploration est le thème de cet épisode. On explique comment les voyageurs, motivés par la traite des fourrures, ont parcouru le continent et atteint l'océan Pacifique en traversant le Nord-Ouest.

Deuxième épisode
Intitulé « Pour pas que t'oublies », le second épisode met en scène la guerre qui fait rage entre les compagnies du Nord-Ouest et de la Baie d'Hudson. Il raconte également les retombées de cette rivalité sur le peuple métis issu des alliances entre voyageurs et femmes autochtones.

La narratrice est Adèle Comtois, fille métisse de François et de son épouse crie. Née dans le Nord-Ouest en 1815, elle est la cadette d'une famille de cinq enfants. Adèle n'a que six ans lorsqu'on découvre sur la neige le corps de son cousin Jean-Baptiste, l'une des nombreuses victimes de la guerre entre les deux compagnies. Est-ce cet événement traumatisant qui donne à la jeune fille la passion de dessiner, de « copier les gens pour pas qu'on les oublie » ?

Adèle deviendra une pionnière de la photographie. En compagnie de son mari et de son fils, elle se déplace, tel son père voyageur, à travers l'immense territoire. Elle brossera les portraits des communautés métisses issues des voyageurs. Elle enregistrera des images d'un monde qui disparaîtra avec la fin de la traite des fourrures.

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum